lieu: La Tour-de-Peilz (Suisse)
maîtrise d'ouvrage: Ville de La Tour-de-Peilz
maîtrise d'oeuvre: Paul Le Quernec
programme: collège + bibliothèque + restauration + salle de sport
surface: 5 600 m² SHON
budget: 20 000 000 euros HT
calendrier: mai 2016

Les accès ont été pensés par la proximité et le confort d’usage. Pour structurer cet ensemble, nous avons organisé les entités en « L » sur le coin Nord de la parcelle où se situent les accès publics de la Aula, de la salle de sport, de la salle d’activités, et de la médiathèque. L’accès de l’école donne sur la cour de récréation afin de ne pas imposer ses pics d’affluence aux autres activités. Cette disposition spatiale urbaine a pour effet de dégager un très grand espace extérieur. Nous avons profité de cette opportunité pour aménager une très grande cour de récréation de forme circulaire. Outre le caractère doux et généreux de cette géométrie, c’est aussi et surtout le meilleur moyen de s’affranchir des zones d’angles morts, échappant à la vue et donc à la surveillance. L’espace interstitiel entre le périmètre de la cour et celui de la parcelle est utilisé comme élément paysager, matière urbaine souple, mise à profit pour absorber doucement, par des talus, les différences de niveau entre le terrain naturel périphérique et la cour sensiblement horizontale. Si l’ensemble programmatique du projet était un gâteau, la médiathèque en serait la cerise. Nous avons fait le choix de le détacher du reste bâti en lui accordant un traitement singulier dans sa forme et son implantation. A ce titre, la médiathèque a été conçue sur un plan circulaire, en spirale, forme qui rayonne autant qu’elle focalise. Posée en limite Est de la parcelle, à cheval sur le grand parvis commun et la cour, ce bâtiment embrasse tout le paysage environnant, crée le point d’appel manifeste dans l’environnement et devient la porte naturelle, toujours ouverte, du nouvel aménagement du lieu. Cette intention tracée en plan se traduit en volume par le détachement d’un éclairage zénithal d’altimétrie croissante, s’enroulant autour du centre culminant à 7,80 mètres. Ce mouvement offre des volumes intérieurs nobles et lumineux, conférant à la médiathèque le rôle de signal urbain, dont le relief de la toiture se pose en écho discret d’une ligne d’horizon montagneuse.